Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Pionnières de Anna Jacobs

18 Janvier 2021 , Rédigé par Marie Nel

Les Pionnières de Anna Jacobs

Publié aux éditions de l’Archipel

 

 

Résumé :

 

Irlande, début des années 1860. Keara Michaels ne quitterait pour rien au monde sa terre natale et ses deux sœurs. Mais le destin est parfois cruel... Enceinte et sans le sou, elle est contrainte de traverser les océans pour gagner l'Australie. Toute seule : le père de son futur enfant, qui est marié, ne l'accompagnera pas.
Dans le même temps, Mark Gibson, un chercheur d'or, doit fuir le Lancashire pour échapper à la vengeance de son beau-père. Et tenter sa chance à l'autre bout du monde. C'est à Rossall Springs, à deux heures de route de Melbourne, qu'il ouvrira une auberge...
Est-ce là que Keara rencontrera l'homme de sa vie ? Le premier volet de la nouvelle trilogie d'Anna Jacobs, la romancière aux trois millions d'exemplaires vendus dans le monde.

 

 

À propos de l’auteure :

 

Née en 1941, Anna Jacobs a grandi en Angleterre, dans le Lancashire, avant de s'établir près de Perth, en Australie. Auteure de plus de 80 romans, elle a reçu l'Australian Romantic Book of the Year. Les éditions de l'Archipel ont publié sa trilogie " Cassandra ", ainsi que le premier volet de la saga " Swan Hill ".

 

 

Mon Avis :

 

Je connais déjà Anna Jacobs pour avoir lu sa trilogie précédente parue aux éditions de l’Archipel, « Cassandra et ses sœurs », une saga que j'avais beaucoup aimé. J’étais donc très contente de retrouver cette auteure dans ce premier épisode d'une nouvelle série. Il a quelques similitudes avec l’histoire de Cassandra. Comme dans cette première trilogie, l'histoire se passe à la même époque, dans la deuxième moitié du 19ème siècle, entre l'Angleterre et l'Australie, il va être question de trois sœurs, pauvres, d'exil en Australie, de manigances pour forcer les sœurs à prendre le bateau. Mais c’est tout de même différent, et de toute façon, j'ai tellement aimé la première saga, que j’étais très contente de partir à nouveau dans un même contexte. Quand on lit la biographie de Anna Jacobs, on se rend compte qu'elle met dans ses histoires des lieux qu'elle connait et donc qu'elle saura décrire au plus près.

 

Ce premier volume se passe entre 1859 et 1864, cinq années très riches et palpitantes pour les personnages. On fait la connaissance de Keara, elle a seize ans au début, elle vit en Irlande avec ses parents et ses deux sœurs plus jeunes qu’elle. Ils sont pauvres, vivent dans des conditions difficiles, en plus de ça, le père de Keara est violent avec sa femme, celle-ci est d'une santé fragile, suite à de nombreuses fausses couches. Keara va se faire embaucher comme domestique pour la famille Mullane, propriétaire des terres sur lesquelles vit la famille de Keara. Elle va s'occuper surtout de Lavinia Mullane, la femme du maître, Theo. Cette femme n'est pas heureuse non plus dans son ménage, elle subit plus son mari qu’elle ne l'aime. Celui-ci veut absolument un descendant, mais Lavinia n'arrive pas à lui donner un héritier, soit elle ne mène pas sa grossesse à terme, soit le bébé meurt à la naissance. Theo va vite repérer la beauté de Keara, il a la réputation d’être un peu coureur de jupons. Keara a beaucoup de mal à supporter les caprices de sa maîtresse, mais elle reste malgré tout car ce qu'elle gagne permet à sa mère et ses sœurs de résister. La pauvre Keara n’est pas au bout de ses peines, elle va devoir tenir face à des complots fomentés contre elle et sa famille, elle ne veut pas en plus succomber à son attirance pour Theo..

 

Et dans un même temps, on suit Mark Gibson. Il fuit l'Angleterre où il a vécu des mésaventures, et se rend en Australie, qui est pour lui une véritable terre promise, un endroit où il va pouvoir recommencer de zéro. Il ne sait pas ce qui l'attend là-bas. Après une traversée mouvementée où il rencontre une autre famille, il va commencer sa vie en Australie comme chercheur d'or, mais des mésaventures vont le forcer à quitter ce travail. Il cherche alors un endroit où il pourrait vivre son rêve. Mais rien ne va être facile pour lui et il n'est pas au bout de ses surprises. Mark est un homme intelligent et courageux, et cela le sauvera plus d'une fois.

Tout au long de la lecture, on se demande ce qui peut bien relier ces deux personnages qui semblent être les plus importants du livre. Mark est en Australie, Keara entre l’Irlande et l'Angleterre, que va-t-il y avoir entre eux deux, ça je ne vais pas vous le révéler. Comme moi, vous pensez à une romance, mais j’avais aussi envie qu’il y en ait une entre Keara et Theo, donc j’étais très partagée. Et l'auteure a su m'emmener sur des chemins inattendus.

 

Je me suis très vite attachée à Keara, une jeune fille qui va devenir une jeune femme droite, fidèle à ce qu’elle pense, avec assez de caractère pour envoyer paître les gens qui lui mettent des bâtons dans les roues. Et je peux vous dire qu’il va y en avoir ! Elle sera bien souvent désespérée, mais à chaque fois  elle trouve la force de se relever et de continuer vers le but qu’elle s’est fixée.

Je me suis également attachée à Mark, un homme un peu mystérieux au départ, on se demande pourquoi il a dû quitter sa famille en Angleterre et partir ainsi dans un pays si lointain qu'est l'Australie. C’est un homme très sensible et empathique, il est toujours prêt à aider son prochain, et malheureusement ça se retournera parfois contre lui.

Un autre homme que j’ai appris à aimer au fur et à mesure du déroulement de l'histoire, c’est Theo Mullane. Au début, je le trouvais imbu de sa personne, un peu trop sur de lui, je trouvais qu’il était un peu trop injuste avec sa femme. Et au fil de l'histoire, on le voit  d'une autre façon, il se transforme, on comprend pourquoi il ne supporte pas sa femme, et on se prend d'affection pour lui, on le trouve sincère et on lui souhaite qu'il trouve enfin le bonheur. J'aime bien voir les personnages évoluer dans un roman, devenir ce qu'ils sont vraiment au fond d’eux.

 

Les personnages sont très bien travaillés par l'auteur, leur psychologie est fine et maîtrisée, on les aime, on les déteste, ils ne peuvent que faire ressentir des sentiments au lecteur, c’est vraiment très difficile de rester insensible devant les faits qui leur arrivent. L'auteure véhicule à travers eux des messages et des valeurs importants surtout à cette époque, les conditions de vie de la femme, le patriarcat, la lutte de certaines pour vivre mieux. Mais aussi des faits de société de la vie courante, avec le modernisme, la colonisation d’un pays et tout ce que cela implique, l'acceptation des autres, de leurs différences, de leurs modes de vie, du regard des autres et des préjugés. L'auteure a dépeint la société avec beaucoup de justesse. Les descriptions des lieux sont elles aussi très réussies, j’ai fait un très beau voyage dans des pays différents, l'Irlande, l'Angleterre, l'Australie. L'auteure connaissant bien ces lieux, on se doute qu’elle est restée fidèle à ce qu’elle avait elle-même vu, rendant ainsi le livre très concret et réaliste.

 

Vu la longueur de cet avis, vous vous doutez que j'ai beaucoup aimé cette lecture. Je me suis même régalée, et je n’ai qu’une hâte maintenant, c'est de retrouver ces personnages dans la suite de leurs aventures. Le final de ce premier opus promet un second encore bien palpitant. Le style de l'auteure est toujours aussi bon, les pages se tournent facilement, pas de lourdeurs dans le texte, l'auteure sait captiver notre attention et nous fait vivre les situations pleinement. Mon seul bémol irait à la quatrième de couverture qui en dit trop pour moi. Il est dit que Keara va prendre le bateau pour l'Australie et qu'elle est enceinte, et ce fait n’arrive qu'au trois quart du livre, je trouve que c’est une info qui n'aurait pas dû être divulguée, car du coup, tout le long de le lecture on est en attente de cet événement et ça provoque également des révélations importantes sur les rapports entre les différents personnages. À chaque nouveau roman que je lis, je dis toujours que je ne vais pas lire le résumé, et je me fais avoir à chaque fois, il va vraiment falloir que j'applique cela. J'ai trouvé aussi que la fin se précipitait un peu trop et allait un peu vite par rapport au reste de l'histoire. Mais je me demande si ça ne vient pas non plus du fait que je n'avais pas envie de quitter les personnages et l'ambiance. Je me sentais bien dans ce livre, je prenais plaisir à le retrouver et le fermer à été plus difficile que je ne l'aurais cru. En plus, ce final est palpitant, il arrive plein de choses importantes, l'attention de lecture est accrue, ce qui rajoute au sentiment de rapidité.

 

Bien sûr, je vous recommande vivement ce roman, sa lecture. Si vous ne connaissez pas encore Anna Jacobs, alors je vous conseille de la découvrir avec ce roman ou avec la trilogie de « Cassandra et ses sœurs ». Si vous aimez les fresques historiques, avec une pointe de romance, qui vous emmènent dans des pays lointains et inconnus, cette auteure est faite pour vous. J'attends maintenant avec impatience la suite et me demande bien ce que ce sera…Anna Jacobs va-t-elle faire comme pour sa précédente trilogie, un tome consacré à chaque sœur ? Ou Keara sera-t-elle a nouveau le personnage principal ? J’ai vraiment hâte !

 

Je remercie chaleureusement Anna Jacobs pour tout ce qu’elle me fait vivre dans ses histoires, même si elle lit jamais cet avis. Et un grand merci également à Mylène des éditions l’Archipel pour sa gentillesse, sa confiance et sa bienveillance.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article