Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie-Nel lit

Rimbaud, Dernier voyage de Alain Vircondelet

10 Mars 2021 , Rédigé par Marie Nel

Rimbaud, Dernier voyage de Alain Vircondelet

Publié aux éditions Écriture

 

 

Résumé :

 

Le 7 avril 1891, Rimbaud, malade, quitte Aden pour la France. En caravane, en litière, en mer, il arrive enfin à Marseille le 20 mai. Sa mère le rejoint à l'hôpital de la Conception pour n'y rester que deux semaines.

Amputé de la jambe droite, il se désespère et veut revenir à Roche, la ferme familiale où vit aussi sa sœur. Le mal empire. Nouveau séjour à Marseille, cette fois-ci avec Isabelle. Dernière saison, derniers secrets. A-t-il retrouvé la foi ? Quel amour le relie à sa sœur ?

Alain Vircondelet, au plus près de Rimbaud, accompagne les derniers pas de l'éternel enfant, terrifié par sa mort pro- chaine, hanté par l'idée de Dieu, jamais vraiment renié...

 

 

À propos de l’auteur :

 

Alain Vircondelet est l'auteur d'ouvrages de référence sur Marguerite Duras, Albert Camus, Saint Exupéry, traduits en de nombreuses langues comme ses ouvrages consacrés à de grandes icônes de l'art : Balthus, Picasso, Dora Maar, Séraphine de Senlis  Toulouse-Lautrec, Klimt. La presse a salué sa « plume de maître pour peindre les plus grands » (Radio Classique) et sa « magnifique façon  d'aller chercher et saisir le réel au vif » (Franck Ferrand).

 

 

Mon Avis :

 

Rimbaud est un auteur que j'ai étudié pendant mes années d’étude et dont j'avais beaucoup apprécié ses textes, peu nombreux d’ailleurs, mais très marquants. J'ai dans ma bibliothèque « L'autre Rimbaud » de David le Bailly qui parle de son frère, Frédéric. Quand j'ai vu ce roman de Alain Vircondelet, avec ce portrait ultra célèbre de Rimbaud, j'ai eu envie de le lire, et comme le titre l'indique et le laisse supposer, il va s'agir de la fin de la vie de l'écrivain, j'avais donc très envie de savoir comment et pourquoi il est mort si jeune, il n'avait que 37 ans.

 

J'ai ainsi suivi les derniers mois de Rimbaud, cela s’étend du 9 mai 1891 au 10 novembre 1891, jour de sa mort. Le livre est divisé en trois parties qui correspondent aux temps forts.

La première qui s’étend du 9 au 20 mai 1891 va concerner son rapatriement en France. Il quitte Aden, au Yemen, où il est tombé gravement malade, un ulcère à la jambe, un épanchement de synovie dans le genou, mal soignés, il a continué à marcher dans le désert malgré la douleur, son état a empiré, le genou et la jambe gonflés, suintants, et son impossibilité de marcher. Le médecin décide donc de le renvoyer en France pour être mieux soigné. La traversée en bateau jusqu’à Marseille se passe allongé sur une civière pour lui, avec de fortes douleurs.

La seconde partie se passe du 20 mai au 23 août 1891, elle commence par son arrivée à Marseille où il va être hospitalisé, l'amputation de sa jambe est inévitable. Une fois opéré, sa mère viendra de ses Ardennes natales au chevet de son fils. Celui-ci se rétablissant peu à peu, il peut enfin rentrer chez lui, à Roche. Tout le temps de son trajet en bateau ou de son hospitalisation à Marseille, il n'a cessé de penser à la Meuse, à cette rivière, et aux paysages des Ardennes. Mais sa santé va une fois de plus se dégrader là-bas et il va devoir à nouveau être hospitalisé à l’hôpital.

La troisième et dernière partie va du 2e août au 10 novembre 1891, où Rimbaud revient à l’hôpital de Marseille, cette fois-ci avec sa jeune sœur Isabelle  Son état empire, la paralysie le gagne de plus en plus. Il sent, il sait que c’est la fin, il repart dans le passé, cherche un Dieu pour se réconforter.

 

Ces trois parties sont très intenses en émotions, en ressentis, et la dernière est vraiment la plus forte puisqu’elle concerne la fin de ce poète. Avec tous les doutes qu'elle peut amener, toute la vie que l'on se refait à ce moment là. C’est vraiment très triste de partir si tôt et surtout dans de telles souffrances. On rentre alors intimement dans la tête de l’écrivain, et c’est souvent très poignant. Je ne me souvenais pas, au moment où je l'ai étudié au lycée, qu'il avait fini ainsi. Comme j’étais en train de prendre connaissance de la fin de sa vie, j'avais aussi envie d'en savoir plus sur sa vie, car il parle de son séjour en Extrême-Orient et de son travail, et j’étais persuadée qu'il avait tout le temps écrit. Mais non, en fait il a écrit très jeune, pendant son adolescence et pendant la vingtaine. Et il a eu ensuite envie de gagner de l'argent et de voyager, il s'est donc mis dans le négoce de marchandises et à ainsi parcouru plusieurs pays. C’est comme ça qu'il s'est retrouvé malade au Yemen.

 

Il parle aussi des relations qu'il a avec sa famille, et notamment sa mère, puisque le père est parti depuis bien longtemps. Sa mère est le pilier de cette famille, sur qui tout repose. Arthur a toujours été son petit préféré, mais lorsqu'elle sera à son chevet à Marseille, elle aura vite envie de revenir à Roche. Arthur a aussi une relation très privilégiée avec sa sœur cadette, Isabelle. Celle-ci sera à ses côtés tout au long de la fin de sa vie, à prendre soin de lui, à le laver, lui donner à manger. Elle sera près de lui lors de sa mort. Et bien sûr, qui dit fin de vie, dit remise en question, et il le fera surtout sur sa foi, il se sent trahi par Dieu, il n'y croit pas et en même temps voudrait y croire pour être en paix. C’est un cruel dilemme pour lui. Il a peur de mourir, il est même terrifié, et croire en quelque chose pourrait être plus simple pour lui, mais son côté rebelle et d’éternel enfant ne lui fait pas croire facilement.

 

J’ai beaucoup aimé comment l'auteur, Alain Vircondelet, a écrit son texte, d'une façon où l'on pourrait penser qu’il se trouvait aux côtés de Rimbaud dans ces moments là. Il parle à Rimbaud directement, le tutoie, et en même temps il raconte comment il va, ce qu'il se passe. Cela donne un style narratif très particulier et original. Il n'est pas constant, il change selon ce que l'auteur veut faire ressentir. Et cela crée pour le lecteur un mimétisme. J'ai vraiment eu l’impression d’être auprès de l’écrivain, de lui parler, de l’écouter, de le soigner. C’est un style très intimiste, qui m'a beaucoup touchée et m'a permis de ressentir pleinement tout ce que pouvait vivre cet homme.

 

La lecture se fait facilement et est très prenante. Le roman n’est pas très long, un peu moins de 200 pages, je n'ai pas vu le temps passer et en même temps je ralentissais ma lecture pour rester avec Rimbaud un peu plus longtemps. De lire ce livre, j'ai eu envie de relire ses poèmes, Le bateau ivre et mon préféré, Le dormeur du val, un très très beau poème, qui commence sur des notes bucoliques et s’achève avec la mort d'un soldat. Quand on apprend qu'il a écrit ce texte si profond à l’âge de17 ans, on en reste interloqué. Quel talent, quelle belle façon de dire en quelques mots, des faits si graves que la mort, comme s'il avait déjà vécu cela. Ce livre de Alain Vircondelet aura eu le mérite de me repencher sur les écrits de Rimbaud, d'en apprendre de un peu plus sur sa vie, outre ses écrits et sa relation célèbre avec Verlaine. J'ai également découvert qu'un film existait sur Rimbaud et Verlaine avec Léonardo de Caprio dans le rôle de Rimbaud, je vais le regarder très prochainement.

 

Bref, je m’éloigne de ma chronique de ce livre, mais j’aime quand mes lectures me font dévier du livre et me font aller chercher des infos plus précises, j'aime quand ma lecture a ce double pouvoir de m'instruire et de me divertir en même temps. C’est très enrichissant.

J'ai beaucoup aimé découvrir Alain Vircondelet qui a un style très poétique, il fait de très belles phrases, il recrée l'ambiance que Rimbaud mettait dans ses poèmes. Ce livre aurait pu être écrit par Rimbaud. L'auteur brosse un portrait, il met des couleurs, des parfums dans ses mots, c’est vraiment très beau et très plaisant à lire. J'ai vu dans sa biographie qu’il avait écrit de nombreux essais et documents, des romans, il a écrit sur d'autres romanciers célèbres et je pense que je vais m'en procurer certains qui m’intéressent beaucoup, notamment sur Saint-Exupéry.

 

Je suis vraiment très contente d'avoir fait cette lecture et cette belle découverte. Je me suis régalée avec ce livre, j'ai passé deux après-midi de lecture avec Rimbaud, je jonglais entre le livre et mes recherches sur internet et des lectures des textes de cet auteur que j'ai appris à redécouvrir. Un livre passionnant, intéressant, enrichissant, il restera un très bon souvenir de lecture. Je vous le recommande sincèrement, si vous avez envie d'en apprendre plus sur la fin de vie du célèbre poète. C’est très accessible, c’est aussi un point très fort de Alain Vircondelet, les mots ne sont pas compliqués ou trop pompeux, ce livre peut être lu par tout le monde. Et s'il peut donner en plus envie d'aller lire les écrits de Rimbaud, alors c’est encore mieux. N'hésitez vraiment pas.

 

Même si Alain Vircondelet ne lira jamais cette chronique, je lui envoie à travers mes mots, tous mes remerciements pour ce qu'il m'aura fait vivre le temps d'une lecture. Et un grand merci également aux éditions Écriture et à Mylène pour cette belle publication.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Eh bien oui, je vous ai lue et je vous remercie de tout ce que vous écrivez. C'est pour moi un grand honneur que d'avoir de nouveaux lecteurs.
J'ai été très sensible à ce que vous avez écrit. Oui, j'ai eu souvent l'impression que j'étais au chevet de Rimbaud et qu'il me soufflait ses mots. C'était très impressionnant. Bin sûr, je n'en fais pas trop usage, car on pourrait penser que je délire, mais je le dis à vous, parce que vous avez saisi mon projet.
A vous, cordialement,
Alain Vircondelet
Répondre
M
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de m'écrire, quel honneur ! Merci pour vos mots, merci à nouveau pour cette lecture. J'ai vu que vous sortiez un livre début avril aux ateliers Henry Dougier sur une toile de Klimt, j'ai hâte de pouvoir vous lire à nouveau !
Merci encore pour cette lecture et merci d'avoir pris le temps de m'écrire ce message.
Bien cordialement,
Marie