Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie-Nel lit

Âme stram gram de Christiane Legris-Desportes

4 Mars 2021 , Rédigé par Marie Nel

Âme stram gram de Christiane Legris-Desportes

Publié aux éditions d'Avallon

 

 

Résumé :

 

Lorsque Marie, l'amour de sa vie, meurt dans des circonstances dramatiques, François rompt avec son passé, son milieu, sa famille, et surtout avec sa sœur qu'il tient pour responsable de cette disparition.
Persuadé qu'aucune femme ne pourra jamais remplacer Marie, François se jette à corps perdu dans les études. Il devient écrivain. Marie hante chacun de ses romans.
Un jour, une lettre lui parvient et le plonge dans l'incompréhension. Ses certitudes vacillent. Se serait-il trompé ?

Que s'est-il réellement passé le soir où Marie a disparu ?
François se met en quête de vérité, et découvre l'impensable...
Comment se reconstruire lorsqu'on réalise qu'on a bâti sa vie sur une erreur ?

Sur quoi peut-on fonder une vraie résilience ?

Est-il encore possible d'aimer ?

 

 

À propos de l'auteure :

 

Christiane Legris-Desportes, sémiologue et linguiste, est spécialisée dans l'analyse des tendances sociétales. Elle dirige une collection de sciences humaines et collabore à un magazine culturel. Elle a publié de nombreux articles universitaires et plusieurs essais.

Âme Stram Gram est son premier roman. Il a été, lors de sa première sortie, sélectionné au Salon du Livre et du Premier Roman de Draveil.

 

 

Mon Avis :

 

La première chose qui m’a interpellée, c’est le titre, synonyme d'une célèbre comptine que tout le monde connaît. Ensuite, la couverture avec ce cadenas m'a donné envie de découvrir le résumé. Celui-ci s'est avéré intéressant, j'aime les histoires avec des secrets, et surtout il était mentionné la notion de résilience, notion qui me touche personnellement, que j'ai travaillée sur moi-même. Donc, ce roman  avait tout pour me plaire au premier abord.

 

Je ne vais pas trop revenir sur le contenu de l'histoire, déjà parce que le résumé le fait déjà bien et ensuite parce que le roman  est court, il fait à peu près 125 pages sur ma liseuse.

On suit donc François qui a vécu un drame dans sa jeunesse, Marie, la jeune fille dont il est éperdument amoureux, meurt dans des circonstances tragiques. Les parents de celle-ci ne voyait pas d'un bon œil que leur fille vive avec un charcutier. Imaginant que sa propre sœur est responsable de ce drame, François quitte tout, son travail, sa famille, et reprend ses études, il devient écrivain, ses écrits sont un exutoire, une thérapie. Sa sœur, mourante, regrette de ne pas pouvoir revoir son frère une dernière fois. Mais François ne lui pardonne pas d'avoir été aussi envahissante et la tient pour responsable. Mais c’est ce qu'il pense, est-ce vraiment ce qu’il s’est passé. Un jour, il reçoit une lettre de la mère de Marie qui va lui révéler les véritables circonstances de la mort de sa fille, et aussi ce qu'elle a vécu pendant son enfance, loin d’être rose. François comprend alors que sa sœur n'y est pour rien, et il va ainsi suivre une psychothérapie pour arriver à sortir tout cela, et surtout à vivre plus sereinement. Il va ainsi connaître l'amour et se diriger vers une voie plus sociale. Mais, a-t-il vraiment réussi à passer à autre chose…ça c’est moins évident.

 

Ce qui marque le plus dès qu'on commence à lire ce livre, c’est le style. En effet l'auteure a pris le pari d’écrire cette histoire sous une forme peu commune et que, pour ma part, je n'avais pas encore rencontrée. En effet, c’est un récit où il n'y a aucun dialogue, on voit les personnages se rencontrer, communiquer, mais tout se fait en ayant qu’un seul personnage, qu'une seule voix, on ne les voit jamais interagir entre eux. Tout est écrit sous forme de confessions  de François,  de lettres qu'il reçoit, de mails, de messages, il y a même des cartes postales et des post-it de retranscrits, ou encore des lettres de médecin à un autre. Je dois bien avouer que c’est parfois déroutant à lire. Cela donne un livre hors-norme et inclassable, mais très original. Les personnages sont nombreux, peut-être trop. Entre François, sa sœur, ses nièces, la mère de Marie, la psychologue, le petit ami de la nièce, la copine de l'amoureuse, je me perdais parfois. Surtout en début de « chapitre » car il n'y a pas vraiment de chapitre, il me fallait un petit temps pour me remettre dans la tête celui qui parlait. Mais ça revenait très vite, c’est juste un petit moment de flottement.

 

Le roman  est court, et c'est ce qu'il fallait avec une telle construction, il se lit très facilement et s’enchaîne vite. Mais cela n’empêche pas d'avoir de la profondeur dans les sujets abordés. Comme je le disais plus haut, la résilience tient une place importante dans ce récit. C’est une notion que j'ai découvert avec le neurologue Boris Cyrulnik, je l'ai travaillée moi-même pour mes problèmes personnels, et c’est quelque chose de tellement important pour arriver à vivre malgré un passé douloureux, on a tous ce pouvoir en nous de se reconstruire après un échec et d'en faire une force. La confiance en soi, le doute, le mensonge, l'inceste, le deuil, l'amour, sont aussi des notions abordées dans ce roman. Ce qui est traversé ici par les différents personnages peut être ressenti par chacun de nous dans nos vies, on est tous confrontés un jour au mensonge ou au deuil, et ce qui est vécu ici par les personnages peut se révéler être des situations que l’on connait.

 

Je n'ai cependant pas réussi à m'attacher particulièrement à un personnage. J’ai ressenti des émotions pour les situations, j'ai été touchée par certaines, mais je ne me suis pas attachée plus que ça à François ou un autre. En y pensant bien, je me serais même plus attachée à Marie, alors que c’est un personnage totalement absent puisque décédé. Je pense que c’est dû au fait que les personnages sont nombreux, je n'avais pas le temps de m'attacher à l'un que j'en retrouvais un autre. Et puis, cela doit venir aussi du fait qu'il n'y a pas d'interaction directe entre les protagonistes.

Pourtant le choix narratif est celui auquel je suis le plus sensible. Comme on est dans des mails, des lettres, c’est souvent la première personne du singulier qui est employée, très souvent aussi le « tu », mais je n'ai pas réussi pour autant à rentrer dans la peau de chacun, ça alternait trop entre chacun. Mais bien sûr, tout ceci est un ressenti personnel. Et comme je le disais, j'ai par contre été très touchée par ce que pouvaient vivre les personnages, ce qu'a vécu Marie pendant sa jeunesse, les circonstances de sa mort, sont dramatiques. J'ai aussi été émue par ce que vit la compagne de François qui essaie de sauver son couple et en même temps de montrer à son mari qu'avant de s'occuper des gens à l’extérieur, il faut déjà faire attention à sa propre famille. Les sujets et thèmes sont vraiment bien travaillés par l'auteure.

 

Malgré les changements de forme du récit, j'ai quand même pu apprécier la plume de Christiane Legris-Desportes. Je suis quand même épatée par sa façon de construire son roman, et cette originalité me restera marquée. C’est un premier roman, et elle a fait fort. La fin est jolie même si elle est un peu abrupte, j'aurais aimé en savoir un peu plus encore sur les personnages et ce qu'ils vont vivre. Mais à moi, lectrice, aussi de m'imaginer cette suite. Je trouve que certains personnages de ce roman pourraient très bien devenir les héros de leurs propres romans, il y a du potentiel en eux et il y a de quoi faire un récit intéressant. On sent dans le vocabulaire et dans la façon d’écrire de l'auteure qu'elle est linguiste et sémiologue, qui concerne l’étude du langage, le décodage des mots et des expressions. Tout est bien choisi, chaque mot placé avec minutie, précis. On prend une leçon de mots, de langage et de communication en lisant ce livre.

 

Pour conclure, c’est un roman a découvrir et à lire, pour que vous puissiez vous faire votre propre avis, pour vivre cette expérience de lecture, car c’en est une. Une chose est sûre, je ne vais pas oublier de sitôt ce livre, son originalité. Je vais continuer à suivre l'auteure car j'aimerais beaucoup voir ce qu'elle pourrait proposer ensuite. Je vous invite vraiment à lire ce livre et à découvrir Christiane Legris-Desportes.

 

Quant à moi, je la remercie pour ce moment de lecture particulier et original, et un grand merci également aux éditions d'Avallon de m'avoir permis de découvrir ce roman et cette auteure.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article