Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

À pas de loup de Isabelle Villain

22 Janvier 2021 , Rédigé par Marie Nel

À pas de loup de Isabelle Villain

Publié aux éditions Taurnada

 

 

Résumé :

 

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s'installer à La Barberie, un éco-hameau niché en plein cœur des Alpes-de-Haute-Provence, c'est bien pour fuir un quotidien devenu trop pesant. Pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons.
Mais l'équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer. Un grain de sable va s'infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve va se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar...

 

 

À propo de l’auteure :

 

Née à Casablanca en 1966, Isabelle Villain est une passionnée de romans policiers depuis l'enfance. Elle décide de se lancer dans l'écriture pour mettre par écrit les nombreuses histoires qui lui trottent dans la tête. Son quatrième roman "Peine Capitale", publié aux Editions Auteurs d'Aujourd'hui, a reçu le prix Maurice Bouvier en 2015. "Âmes battues", le second volet des enquêtes du commandant de Lost, découvert dans "Peine capitale" à reçu le prix du festival du polar de la ville d’Arcachon en 2016. « Mauvais genre » publié aux Éditions Taurnada est sorti le 15 novembre 2018. "Blessures invisibles" sort le 9 janvier 2020 toujours chez Taurnada. C'est le quatrième et dernier opus de la collection. Le 14 janvier 2021 sortira son tout premier thriller "A pas de loup". Un huis clos niché au coeur des Alpes de haute Provence.

 

 

Mon Avis :

 

Ce roman avait d’entrée de jeu deux points forts qui le prédestinait à être une bonne lecture : en premier, il est publié chez Taurnada, c’est une maison d’édition qui a l’art de trouver de petites pépites, je n'ai jamais été déçue par un de leurs romans. Et deuxièmement, il est signé Isabelle Villain, pareil je n'ai jamais été déçue par ses romans. C’est donc le cinquième que je lis d'elle, et à nouveau je suis très emballée par ma lecture. Alors, Isabelle Villain a changé un tout petit peu de style, ses autres romans étaient plus orientés polar, ici, on est clairement dans du thriller psychologique. Elle a très bien rempli tous les codes du genre, et j'ai été agréablement surprise du chemin qu'elle faisait prendre à son histoire.

 

Je ne vais pas trop revenir sur le fond de l’histoire, pour ne pas vous gâcher la surprise et que vous puissiez la découvrir au rythme qu'a voulu faire l'auteure. J'ai donc fait la connaissance d'un couple et de leur enfant, Rosalie, Philippe et Martin. Ils sont parisiens, vivent au rythme trépidant de leur boulot et de la ville, on est dans le cas typique du métro-boulot-dodo. Ils vont décider de quitter cette vie effrénée après avoir découvert un hameau perdu dans les Alpes de Haute Provence. C’est un éco-hameau créé par Michel. Il est quasiment introuvable et les habitants vivent en complète autonomie, ils se partagent les tâches, vivent de leurs récoltes et ventes sur les marchés, ils s’auto-suffisent. Chacun va prendre ses marques dans le hameau, les années passent, mais un événement va venir tout perturber et surtout révéler la vraie personnalité des habitants..

 

Je ne peux vraiment pas vous en dire plus, et pourtant, ce n’est pas l'envie qui m'en manque. Ce serait vraiment dommage de gâcher l’effet de surprise de l'auteure. Et c’est là que le titre du roman  prend tout son sens. En effet, à pas de loup, Isabelle Villain va instiller des faits qui vont venir bouleverser la tranquillité de ce hameau. Jusqu’à ce que le loup entre dans la bergerie. La vie paisible va bientôt tourner à l'orage et certains personnages que l'on pensait si inoffensifs, vont se révéler au grand jour. Et je ne m'y attendais pas du tout. Le début de lecture était tellement calme, Isabelle Villain explique comment se passe la vie dans le hameau, comment tout le monde cohabite, et puis tout doucement, un fait arrive, on se demande si ça va être important ou pas, puis un autre arrive et on se pose à nouveau la question, jusqu’aux révélations petit à petit de chacun des personnages et de leurs caractères. Et je suis tombée des nues pour certains que je pensais vraiment sympas et que je découvrais remplis de machiavélisme.

 

D'ailleurs, les personnages sont tous très bien travaillés, principaux comme secondaires, dans leurs physionomies comme dans leurs caractères. Certains chapitres nous racontent leur histoire, leur couple, leur pourquoi d'un tel choix de vie. Je me suis prise d’affection pour certains, d'autres m’ont tout de suite déplu. Mais quand on les découvre petit à petit, on se fait alors un autre avis. Je n'arrivais pas à me positionner au début entre Rosalie et Philippe, je les regardais évoluer et je me demandais qui allait être celui qui allait fauter ou faiblir le premier, je sentais que quelque chose n’était pas normal, mais j’étais loin de m'imaginer ce qui allait se passer. Et au final, j'en suis arrivée à en détester vraiment quelques-uns. Mais je me suis aussi attachée à certains d'entre eux, notamment les enfants, Martin est un garçon que j'avais envie de rassurer et réconforter.

 

Les lieux sont également très bien travaillés et dépeints, les descriptions sont belles, et donnent envie de visiter cette jolie région. L'auteure a réussi à faire passer les odeurs au travers de ses mots. L'écologie tient une part importante dans le roman, je pense que l'auteure a dû faire beaucoup de recherches en amont pour être aussi précise sur certains concepts. Et surtout elle étaye le roman de faits réels que l'on peut retrouver dans l’actualité. J'ai par exemple apprécié qu'elle parle du loup, et des divergences d'opinion selon les personnes. Elle fait ainsi passer au travers de son histoire plein de belles valeurs sur la nature, le choix de vie, sur l'entraide et la responsabilité de chacun, mais aussi sur des revers plus noirs de notre personnalité, sur la manipulation psychologique, sur le mensonge et le goût du pouvoir. On a tous envie de se mettre au vert, de quitter nos rythmes de vie infernaux, de prendre un peu plus le temps de regarder ce qu'il se passe autour de nous, on a tous rêvé de pouvoir vivre de ce que l'on récolte, de ne dépendre que de nous-mêmes, de pouvoir vivre avec d'autres dans cette harmonie bienveillante….mais le risque d'abus reste présent, à vouloir tout renier des sciences que l’on connait, ne risque-t-on pas de mettre la vie de l'autre en danger, tout cela ne risque-t-il pas de basculer dans un extrémisme qui serait complètement nuisible. Cette histoire fait réfléchir dans ce sens, et c’est bien vu de la part de l'auteure.

 

Mais n'oublions pas qu’il s’agit d'un thriller. Avec un débit plutôt bucolique, avec de bons sentiments, des gens sympas qui s'entraident, Isabelle Villain a fait prendre à son histoire un virage à quatre-vingt-dix degrés et on sombre très vite dans l'horreur et l’indicible. Et à ce moment là, en tant que lectrice, je me suis accrochée à ma liseuse et j'ai vu le désenchantement arriver, la peur suinter dans les pages, je regardais, impuissante, les drames arriver, les gens s'effondrer et j'ai souffert avec eux. Et c’est là qu'on se rend compte qu'un esprit manipulateur et tordu peut nuire à un groupe paisible. Isabelle Villain fait monter la pression petit à petit pour arriver à un final qui laisse hagard et pantois. Elle a vraiment mené son histoire d'une main de maître, jamais en commençant le livre, avec ce côté écologie et gens heureux, je me serais imaginé arriver à une fin si cruelle. Elle a dirigé ses personnages comme des marionnettes, en entraînant le lecteur avec eux.

 

Comment vous dire à quelle point la lecture a été intense et s'est faite avec une grande avidité. Au début, on tend le dos, on se demande quand ça va dégénérer, on est dans un thriller, tour ne va pas pouvoir être tout le temps tout rose, et d'un seul coup, au détour d'une page, vous vous prenez la tape dans le cou, celle qui vous intensifie la pression d'un coup et que vous n'avez pas vue venir. Et à partir de là, il est très difficile de lâcher la lecture, les chapitres ne sont pas très longs, ce qui donne beaucoup de rythme à la lecture, et vous avez tellement envie de savoir comment tout ça va pouvoir se terminer, si l’extrême pas va être franchi, que vous n'arrivez pas à lâcher le livre. Je suis allée de surprises en surprises, je me suis attachée à des personnages que j'ai vus souffrir, j'ai ressenti de la peine pour eux. C’est très riche en émotions. Le style de l'auteure est bien sûr toujours aussi bon, elle sait trouver les mots et les longueurs de phrases selon le moment et le rythme qu'elle veut donner à son histoire, quand tout s’accélère, les phrases sont courtes, elles sont plus longues quand tout est plus calme. Je suis toujours aussi conquise par la façon qu'a l'auteure de nous raconter une histoire.

 

Je pense que vous l'aurez compris vu la longueur de cet avis, j'ai énormément apprécié ma lecture. Une fois de plus, Isabelle Villain a su me surprendre et me mener par le bout du nez jusqu’à la fin. Elle s'est essayé au thriller psychologique, pour moi, c’est une réussite. J’ai déjà hâte de retrouver une nouvelle histoire écrite de sa plume.

Si vous ne connaissez pas encore cette auteure ou cette maison d’édition, et que vous aimez les histoires à suspense, n’hésitez pas à les découvrir, vous ne serez pas déçu. Rythme de lecture et intensité des émotions au rendez-vous. Tous les ingrédients sont présents pour passer un très bon moment de lecture.

 

Je remercie chaleureusement Isabelle Villain pour cette belle surprise et tout ce qu'elle m'a fait vivre pendant presque deux-cents pages et un grand merci à Joël Maïssa des éditions Taurnada pour sa confiance renouvelée à chaque nouvelle parution.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article