Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'être humain n’est pas fait pour vivre seul, mais il ne peut pas vivre en société de René-Charles Cabrit

27 Août 2020 , Rédigé par Marie Nel

L'être humain n’est pas fait pour vivre seul, mais il ne peut pas vivre en société de René-Charles Cabrit

Publié aux éditions Saint-Honoré 


Résumé :

Il s'agit d’une réflexion et d’une analyse issues d’observations dans les interactions sociales inhérentes à notre espèce.


À propos de l’auteur :

Né en 1982, d'un père ingénieur, industriel et d’une mère harpiste, l'auteur grandit au sein d’une famille qui explosera lorsqu’il avait 13 ans, suite au décès de son père. Il est alors confronté à une mère qui ne se remettra jamais de la mort de son mari, et se réfugiera alors dans ses passions : musique, magie, dessin, sport… C’est à cette période qu’il a la chance de séjourner dans plusieurs pays où il continuera sa silencieuse observation du monde humain débutée depuis son enfance, dont il nous dévoile au fil de cet ouvrage, sa vision.

Mon Avis :

Lorsque René-Charles Cabrit m'a contactée pour me proposer son livre à lire, j'ai été de suite intriguée par le titre qui raconte une histoire à lui tout seul. J’aime bien lire de temps à autre des essais socio-philosophiques sur la société et nos modes de vie. 

Le livre est court, un peu plus de soixante pages, je ne vais donc pas pouvoir vous en révéler de trop. Il parle surtout, comme son titre l’indique, de l’être humain qui n'est pas fait pour vivre seul, il a besoin des autres pour vivre, mais d'un autre côté il ressent des difficultés pour vivre en société. Vivre avec les autres, c’est bien souvent se confronter aux goûts et aux avis des autres qui peuvent être mal perçus. Lorsqu'on vit seul, on est confronté à soi-même, à ses idées. Lorsqu'on vit avec les autres, on est confronté à eux, il faut accepter leurs goûts et leurs idées, faire parfois passer les siens afin de ne pas paraître trop orgueilleux. Et dans nos sociétés actuelles avec les réseaux sociaux, où le paraître a beaucoup plus d’importance que l’être, l’être humain ne s'y retrouve pas. 
De même, la décision de vouloir un enfant est orgueilleuse en soi. L'enfant n'a pas demandé à naître, il subit le monde dans lequel on l'a propulsé. Les relations entre les parents et les enfants sont les plus délicates. En tant que parents, on impose souvent nos goûts et nos choix à nos enfants, des parents choisissent leurs activités, sans prêter attention à l’avis de l'enfant. Les parents mettent souvent leurs propres envies ratées de leur enfance dans leurs enfants, et c’est vraiment dommage. Il faut aider l'enfant à se révéler et non à lui imposer. L'exemple type que l'auteur donne et est très juste, c’est aux USA, les mini miss. Ces mères qui coiffent, maquillent, voir même épilent leurs petites filles pour concourir à des prix de beauté…hallucinant !!

Je me suis retrouvée dans tout ce que dit l’auteur sur les parents et leurs enfants. Mon histoire personnelle fait que je comprends tout à fait ce qu’il explique. J’ai vécu les défaites de mes parents  et c’est pour cela qu’une fois devenue mère, j'ai toujours laissé mes enfants s'habiller à leurs goûts ou faire les activités qu'ils voulaient. Un enfant, ce n'est pas nous en miniature, il a sa propre personnalité, ses envies, et il faut respecter cela. Bien sûr, j'ai dû faire des erreurs et reporter certaines blessures sur mes enfants, j’espère qu'ils n'en souffrent pas trop. 
Vivre en société est loin d’être facile et je pense que c’est pour chacun de nous. J'ai beaucoup aimé les réflexions de l'auteur, sa manière de penser. Il donne de nombreux exemples pour étayer ses propos, ce qui permet d'encore mieux les comprendre. 
J'ai aimé cette lecture, elle m’a apporté beaucoup de réflexions sur moi-même. Il  est impossible de ne pas être touché par l'un ou l'autre des propos de l'auteur. Il y a forcément quelque chose qui nous fait penser à notre passé ou à une personne qu'on connait. En tout cas, ce fut le cas pour moi. On n'est pas non plus obligé d’être d’accord avec ce que dit l’auteur, c’est son avis et il est tout aussi respectable qu'un autre. 

Ce livre s'est lu rapidement, en une heure à peu près, mais je l'ai feuilleté à nouveau avant d’écrire cette chronique. Je pense que c’est le genre de livre que l’on peut relire plusieurs fois, il nous apportera à chaque fois de nouvelles pistes de réflexion. Ce que j'ai surtout apprécié ici, c’est que le style de l'auteur, comme son vocabulaire, sont très accessibles, rendant la lecture aisée pour chacun de nous. Et le sujet est tellement important et concerne tellement de personnes que c’est justement bien qu’il soit lisible par tous.
Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce livre pour un moment de réflexion sur nous, humains, qui malgré le nombre de contacts via les réseaux sociaux, n'ont peut-être jamais été aussi seuls. Comme le dit si bien l’auteur, et je conclurai là-dessus, « il faut vivre avec les siens  mais avec l'intelligence de notre indépendance ».

Je remercie sincèrement René-Charles Cabrit de m'avoir contactée et proposé son livre à lire, un moment de lecture très enrichissant. Et merci également de me l’avoir fait parvenir au format papier, toujours plus appréciable pour moi pour mon confort de lecture.
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article