Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie-Nel lit

Si c'est pas sûr, c'est quand même peut-être de Magali Discours

22 Juillet 2020 , Rédigé par Marie Nel

Si c'est pas sûr, c'est quand même peut-être de Magali Discours

Publié aux éditions Librinova


Résumé :

2005 : Une troupe de théâtre de rue a posé ses valises sur un bout de trottoir. Une installation bancale de bric et de broc, des chansons, un brin de poésie et des kilomètres de souvenirs éclairent la grande histoire à la lumière d'une vie qui dura près d'un siècle, celle de Papé né d'une guerre en 1917. Dans le public de ce road movie à la française, Florence trouvera peut-être quelques vérités sur sa propre existence.


Mon avis :

J'ai lu ce roman dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus pour lequel il est sélectionné dans la catégorie littérature blanche. J'ai la grande chance de faire partie du jury, lors des sélections, nous avons à lire les dix premières pages afin de faite notre choix des cinq qui seront lus entièrement et qui vont concourir. Lors de la lecture de cet extrait, j'avais déjà été charmée et intéressée par cette histoire. Il me laissait présager une bonne lecture, ce qui s'est avéré tout à fait exact. Ce n’est pas toujours le cas, parfois les premières pages sont très bonnes, et le reste pêche par la suite. Cela n'a pas été le cas ici. 

Je suis très vite rentrée dans l’histoire. J'ai ainsi fait la connaissance de cette bande de quatre amis qui forment une troupe de théâtre de rue. Il y a Serena, Pablo, Lisa et Mehdi. Tout commence avec une effroyable nouvelle. Il rentre de tournée et vont directement voir leur amie Jocelyne qui tient un bar et surtout le Papé, un vieil homme SDF qui vit dans la cabane de chantier jouxtant le bar. Et justement, à leur retour, ils ne trouvent plus personne. C’est là qu'ils apprennent la mort du Papé survenue deux mois plus tôt. Jocelyne n’avait rien dit pour ne pas troubler leur tournée. Seulement, il va falloir débarrasser les affaires du Papé, celles qui sont dans la cabane et celles qu'il a laissées dans la cave du bar. Car Papé n'a pas été sans domicile toute sa vie, il ne l'a été que sur la fin de sa vie, quand sa compagne est décédée et que la maison de cette dernière revenait à ses neveux, le Papé a dû donc se débrouiller. En prenant connaissance des affaires, des photos et des objets du Papé, il vient une idée à Lisa, celle de raconter la vie du Papé. Mehdi, qui fait des extras au bar, a eu la chance de discuter pas mal avec lui, Papé s'est confié à lui, il ne reste plus qu'à réécrire sa vie. Ce que fera Serena, ensuite ils l’enregistreront pour la diffuser an oral. Bien sûr, en remontant ainsi dans le passé du Papé, ils vont découvrir une vie riche qu'il passera entre Nice, Lyon et Dijon. Orphelin de père tué à la première guerre, il connaîtra la seconde en tant que soldat. Il fera des métiers bien différents, du contrôleur SNCF au marchand de fleurs, il adore la musique et jouera du jazz dans un orchestre, et aussi de l’accordéon…on peut dire qu'il aura eu une vie bien remplie. Et côté sentimental, il ne sera pas en reste. Il ne laisse pourtant pas d'enfants. Les jeunes de la troupe étaient comme ses petits-enfants d'adoption. 

L'histoire de Papé est riche en enseignements, en aventures et très enrichissante. Lorsque je travaillais en tant qu'auxiliaire de vie, j'adorais discuter avec les personnes âgées dont je m'occupais, elles me racontaient leur parcours de vie, leurs amours, les guerres, les désastres comme leurs joies. C’est une facette de ce métier que j'aimais beaucoup. C’est un peu pour cela aussi que j'ai été ici très sensible à la vie du Papé. Je trouve qu'au travers de la troupe de théâtre, Magali Discours a eu une idée très originale. J'aimerais beaucoup croiser un spectacle comme celui-ci, composé de dix-sept valises, formant une sorte de parcours. Dans chacune d'entre elles, il y a divers objets communs à un moment de vie du vieil homme, de sa jeunesse à sa fin. Des objets retrouvés dans ses affaires, d'autres trouvés en chinant. Et il y a une bande son, les spectateurs entendent dans les écouteurs placés à côté de chaque valise, le récit de l'extrait de vie correspondant à l’époque de la valise. Je trouve ce concept très novateur et original. Je ne l’ai jamais vu dans les spectacles, et franchement, si je tombais sur une telle scène, je ne pourrais que m’arrêter, regarder, écouter et ensuite aller parler avec les jeunes de la troupe. Les vies de nos anciens recèlent tellement de trésors ! Leurs vies semblent tellement différentes de la nôtre et pourtant, même pas un siècle nous sépare. Je suis vraiment fascinée.. En tout cas, je félicite l'auteure, car elle n'a pas manqué d’imagination et a eu une très belle idée. Je serais curieuse de savoir comment elle l'a eue.

Bon, pour revenir à nos moutons, je me suis très vite attachée à chaque des personnages,  que ce soit les jeunes, le Papé ou les gens qu'il a connus, Angèle m'a énormément émue, Robert, Yvonne, Marguerite…tout un panel de personnes attachantes par ce qu'ils sont et par leurs vécus. Et puis il y a Florence, cette jeune femme que l'on va suivre un chapitre sur deux, qui va assister au spectacle et être de plus en plus touchée par la vie du Papé. Elle aussi, je me suis attachée à elle, me demandant ce qu’elle venait faire dans l’histoire, si elle avait un rapport ou était une simple spectatrice…là je n'en dirai pas plus, à vous de le découvrir.


L’attachement au personnage est renforcé par le choix narratif de l'auteure. Ce serait plutôt une double narration, puisqu’il y a des chapitres où la première personne du singulier est employé, on est à ce moment là dans la peau de Lisa. Et il y a des chapitres à la troisième personne quand cela concerne Florence. Je suis très sensible au « je », je le dis à chaque fois, il me permet de rentrer dans la peau du personnage, de me mettre à sa place et de ressentir au plus près tout ce qu’il vit. Mais l'histoire est si forte, que même les passages concernant Florence m'ont beaucoup touchée, à ce moment là, c’est la vie de Papé qui est relaté, comme si on écoutait la bande son en même temps que Florence. C’est vraiment bien fait de la part de l’auteure, j'ai beaucoup apprécié cette méthode. 

La lecture s’est faite rapidement, en un après-midi, j'avais fini. Bon, le roman fait moins de 200 pages sur ma liseuse, ce qui explique aussi cela. Mais il m'est déjà arrivé de m'ennuyer dans de courts romans. Ici, je me suis très vite retrouvée plongée dans l'histoire, et j'avais tellement envie de savoir ce qui arrivait au Papé, si les jeunes allaient arriver à monter leur spectacle ou si Florence avait un rôle particulier dans l’histoire, que j'ai lu sans m’arrêter. Il faut dire aussi que l'auteure a donné beaucoup de rythme à la lecture par la construction de son roman. En effet, les chapitres alternent entre plusieurs temporalités, celle où les jeunes préparent leur spectacle, et celle où ils sont prêts et Florence prend connaissance de la vie du Papé, en sachant que dans ces chapitres là, on remonte également dans le passé du vieil homme. En tant que lecteur, on a donc envie d'aller plus vite pour savoir  et en même temps de freiner la lecture pour rester encore un peu avec eux. 


Les personnages sont bien travaillés, et les décors aussi. Les ambiances sont bien réelles, que ce soit à Nice, Lyon ou Dijon, pas de lourdeurs dans les descriptions, juste ce qu'il faut pour bien visualiser les scènes. Je verrais bien cette histoire adaptée sur petit ou grand écran, il y a matière à faire en tout cas. 


Magali Discours fait passer de très beaux messages au travers de l’histoire de ses personnages. De belles valeurs d'amour, d’amitié, de fidélité. Beaucoup d'empathie pour chacun d'eux. Elle a également bien situé dans le temps en superposant l'histoire du Papé à la grande Histoire, la guerre, les camps, la reconstruction, mai 68, les élections de 1981, l’IVG, les droits des femmes, tout ce qui a façonné le siècle dernier. C’est en même temps qu'une belle aventure humaine, une belle fresque historique. La fin est belle et pleine d’espoir, elle fait preuve d'une belle résilience, une notion chère à mon cœur, et pourrait être résumée par une seule phrase, « il n'y a pas de hasard, il y a que des rendez-vous ».


Et je ne pourrais pas terminer cet avis sans vous parler de la musique qui a une place tellement importante dans ce livre. En effet, chaque début de chapitre est annoté par un extrait de quelques lignes d'une chanson qui reprend le thème abordé dans le chapitre. J'ai eu certaines chansons dans la tête, avec des chansons de Dalida, Gainsbourg, Leo Ferré, en passant par Brel, Bourvil, Piaf, Presley, mais aussi Souad Massi, Ray Charles ou Aldebert. Un panel d'artistes très hétéroclite dont les chansons marquent nos vies.

Je pense que vous l’aurez compris arrivé à la fin de cet avis  j’ai beaucoup aimé cette histoire, qui m'a fait vivre tellement de sentiments. J'ai été très émue plus d'une fois par la vie de tout ce petit monde. C’est un premier roman pour Magali Discours et pour moi, c’est une belle réussite. Elle a un beau talent de raconteuse d'histoire d'une vie. Je vais continuer de la suivre, je suis curieuse de lire son prochain pour voir si elle confirme son style et sa plume. 


Je suis vraiment ravie d'avoir fait cette découverte, et sans le Prix des Auteurs Inconnus, je serais sans doute passée à côté, et cela aurait été vraiment fort dommage de ne pas connaître la vie du Papé. La couverture m'avait beaucoup plu au premier coup d'œil, maintenant que j'ai lu le livre, je trouve qu'elle décrit très bien à elle toute seule l'histoire, elle est très représentative. 


Pour finir, je ne peux que vous conseiller ce roman, si vous aimez les belles histoires, humaines, vraies, sensibles et émouvantes, partez vite à la rencontre du Papé.


Je vous partage un petit passage avec des belles phrases que j'ai relevées pendant ma lecture et qui m'a beaucoup parlé :

« Pour elle, les chagrins étaient des cailloux sur les chemins contre lesquels elle de prenait parfois les pieds en courant vers le bonheur  les genoux et le cœur écorchés, blessée mais vivante. Elle concentrait ses forces à sauter par-dessus les obstacles ou à danser autour. Quand ils se présentaient, sombres et infranchissables, semblables à des rochers pesants, elle de démenait pour les pousser. Elle faisait rouler tant  bien que mal ces fardeaux dont elle se débarrasserait au bord de la plus proche falaise. Les malheurs n’étaient jamais rien d'autre que des contretemps. »

Un grand merci à Magali Discours pour tout ce qu'elle m'a fait vivre durant ma lecture, je la lirai à nouveau avec plaisir. 
Et un grand merci également au Prix des Auteurs Inconnus de me permettre se faire de si belles découvertes.

 

Je vous laisse d'ailleurs les différents liens pour pouvoir vous tenir au courant de toutes les sélections dans les différentes catégories de ce Prix :

 

Leur page Facebook :

https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Leur page Instagram :

https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Leur page Twitter :

https://twitter.com/prixdesai

ainsi que leur site internet : https://www.prixdesauteursinconnus.com/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

LAURENCE LABBE 22/07/2020 15:03

Bonjour, merci, très bon article, ça donne envie de lire ce livre ! Où peut-on se le procurer ?

Marie Nel 27/07/2020 13:50

Bonne lecture alors !

LAURENCE LABBE 27/07/2020 12:33

Merci ! je l'ai téléchargé. Je ne sais pas pourquoi je ne l'avais pas trouvé avant.

Marie Nel 23/07/2020 08:07

Bonjour Laurence, merci beaucoup.
On peut se le procurer en librairie, ou à la Fnac ou Amazon ????