Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie-Nel lit

Passionément Valéria par Elisabet Benavent

4 Décembre 2019 , Rédigé par Marie Nel

 

Publié aux éditions l'Archipel

 

 

Résumé :

 

Si Valeria est amoureuse de Bruno, pourquoi n’arrive-t-elle pas à oublier Victor ?
Carmen aurait-elle pris du poids pendant son voyage de noces ?
Lola s’interroge : est-elle vraiment faite pour la vie de couple ?
Nerea, elle, décide de se reprendre en main.
Toujours aussi passionnée, Valeria…
Comme toi !
Inséparables, Valeria, Carmen, Lola et Nerea ne se cachent rien. Ce qui aidera Valeria à pimenter son dernier roman, auquel elle s’apprête à apporter la touche finale.

 

 

À propos de l'auteure :

 

Née à Valence en 1984, Elisabet Benavent a travaillé dans le service communication d'une multinationale avant de tout plaquer pour se consacrer à sa passion : l'écriture - à l'image de son héroïne Valeria. D'abord autoéditée, sa saga Valeria a connu un énorme succès en Espagne, avec plus de 800 000 exemplaires vendus. Traduite dans 7 pays, la saga Valeria a été achetée par Netflix. En parallèle à son activité de romancière, Elisabet Benavent est très active sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter et Facebook où elle tient la page BetaCoqueta.

 

 

Mon Avis :

 

Et voilà, ce qui devait arriver arriva, j'ai fini de lire le dernier livre de la saga Valeria commencée avec Dans les pas de Valeria, puis Dans le miroir de Valeria et Les hauts et les bas de Valeria. À la fin du tome précédent, et ce pour tous les tomes, j'avais hâte de plonger dans le suivant. Même si je savais qu'il allait falloir quitter les personnages, je n'ai pas pu résister longtemps pour connaître la fin.

 

Je peux vous dire dans un premier temps, que je me suis régalée à la lecture de ce quatrième volet. J'ai pris une fois de plus beaucoup de plaisir à retrouver Valeria et ses amies. Je les ai retrouvées là où je les avais quittées précédemment, toujours dans la joie et la bonne humeur.

Si vous n'avez pas lu les épisodes précédents, ne lisez pas ce qui suit et passez au chapitre suivant, je ne voudrais pas vous spoiler des noms de personnages ou des situations que vous ne connaissez pas encore.

J'ai retrouvé Valeria, toujours amoureuse de Bruno, elle va goûter aux joies d'être belle-mère puisqu'elle doit s'occuper de la fille de Bruno. Celui-ci va devoir, par obligation professionnelle, venir s'installer chez Valeria. Mais la cohabitation est loin d'être évidente, surtout que Valeria n'arrive pas à oublier Victor, qui essaie de lui prouver comme il a changé et combien il est attaché à elle. Le cœur de Valeria balance entre les deux.

Lola, elle aussi, est prise entre deux feux, elle est attachée à son jeune compagnon, Ray, mais son patron l'attire également. Doit-elle céder à la tentation ? Pourquoi n'y arrive-t-elle pas ? Même une femme libre comme l'est Lola dans ses paroles et dans ses actes peut en arriver à vouloir être plus calme.

Carmen vient de se marier avec Barto, rentre de son voyage de noces et a un heureux événement à préparer, qui va bouleverser son quotidien et sa vie de femme. Difficile pour elle d'accepter ces changements et dire adieu à certaines habitudes.

Et Nerea est toujours Nerea, ses affaires marchent très bien, elle est toujours aussi bien organisée. Il y a juste sa vie privée qui est moins brillante. Elle est toujours autant attirée par Jorge, malgré qu'il ait des défauts qu'elle ne supporte pas. Les contraires vont-ils s'attirer ?

 

Bien sûr, les quatre amies se retrouvent régulièrement entre elles, se téléphonent, s'envoient des messages pour se raconter leurs dernières péripéties, pour avoir des conseils, pour se confier. Elles sont toujours aussi déjantées, drôles, trépidantes, vivantes et restent solidaires les unes des autres, elles n'ont pas peur de la franchise et n'hésitent pas à dire ce qu'elles pensent, même si parfois cela peut faire mal. Toutes m'ont touchée, cependant j'ai une petite préférence pour Valeria, surement parce que c'est elle qui raconte et que l'auteure a utilisé la première personne du singulier pour raconter l'histoire. Le « je » représente donc Valeria, ce qui permet de se mettre dans la peau de la jeune femme. Et je peux vous assurer qu'il y a des moments, j'aurais bien aimé y être ! Surtout quand elle se trouvait avec le beau Victor, si vous voyez ce que je veux dire... J'ai trouvé ce dernier plus touchant et émouvant que dans les autres tomes. Il change, mûrit, et est très attendrissant, par rapport à un Bruno plus abrupt et plus directif avec Valeria. Il prend parfois des décisions à sa place qui ne me plairaient pas beaucoup. Il est d'ailleurs assez marrant de voir comme on arrive à se mettre à la place de l'héroïne et ressentir de l'énervement pour tel ou tel de ses partenaires. Je me suis sentie Valeria pendant toute ma lecture.

 

En relisant mes précédentes chroniques sur les autres épisodes, je me rends compte que je pourrais quasiment faire un copié/collé de celles-ci. L'auteure a réussi à être constante tout le long des quatre tomes, dans les caractères de ces personnages, dans les émotions qu'elles vivent. On se rend compte de leur évolution personnelle depuis le tout début. Comme dans la vraie vie, leurs situations personnelles changent, elles ont d'autres envies, celles de s'établir, se poser, avoir des enfants, construire une relation durable. Tout en gardant ce petit brin de folie, cette petite fenêtre où elles peuvent s'échapper pour évacuer leur stress ou retrouver leurs plaisirs de jeunesse. J'ai vraiment beaucoup aimé suivre leur évolution à elles mais aussi à leurs hommes. Eux aussi changent, certains en bien, d'autres loupent le coche. Et Victor est toujours aussi beau et sexy !

 

Tout cela toujours bien mené par le style de Elisabet Benavent. Comme je le disais dans un précédent avis, sa plume et son style ne faiblissent pas, c'est parfois compliqué de tenir toujours aussi bien la route tout le long de quatre romans. Je n'ai pas trouvé d'affaiblissement dans la manière de raconter ou de changement, et ça j'apprécie beaucoup, car j'ai toujours peur des suites parfois moins bonnes que le premier opus. Il y a toujours une alternance dans le récit entre la première personne du singulier qui représente Valeria et la troisième personne qui sont les autres. En fait, Valeria raconte la vie de ses amies, qu'elles lui auront rapporté lors d'une discussion. Ça peut donner un effet bizarre pour certain, mais quand on a compris ce fait, ça passe tout seul. Valeria, tout comme Elisabet Benavent, est auteure, elle a écrit le premier tome, Dans les pas de Valeria, et est en train d'écrire les suites. Il y a, comme vous le voyez, une très grande similitude entre l'écrivaine et son personnage principal. Je ne pense pas que ce soit autobiographique, mais elle a dû surement s'inspirer de certaines scènes de sa vie privée pour les facéties de ses héroïnes.

 

Les décors espagnols sont très bien retranscrits, avec les mets et les saveurs locales. Madrid est bien représentée, mais j'ai beaucoup aimé aussi l'escapade à Valence, ses lieux, sa plage, la mer...un décor de rêve.

 

J'ai passé un excellent moment avec cet épisode, mais aussi avec toute la saga. La lecture s'est faite encore trop vite à mon goût, mais c'est entièrement de ma faute. Je n'arrivais pas à laisser ma lecture pour faire durer le plaisir, et j'avais tellement envie de savoir si la romance allait fonctionner, si Valeria allait vivre le grand amour qu'elle souhaite, et avec qui surtout. Car jusqu'à la fin, j'ai eu des doutes. Je suis très contente du final, très positif et dans la continuité de ce que l'auteure nous aura proposé tout le long. J'ai été très émue par ce final, c'est plein de mignonitude, de choupinerie et ça fait un bien fou. Cette saga m'a beaucoup touchée, et derrière cet aspect léger et insouciant se cachent de beaux messages sur l'amitié, l'acceptation de soi, l'amour des autres et apprendre à s'aimer soi, la fidélité en amour mais aussi en amitié, plein de valeurs importantes dans la vie de tout un chacun. Donc, malgré le caractère frivole et léger, on peut tout de même trouver des réflexions importantes sur la vie.

 

Cette saga restera un moment fort dans mes lectures de cette année 2019, elle aura réussi à me distraire et me faire oublier le quotidien, et c'est parfois juste ce que l'on recherche, une lecture sans prise de tête, drôle et sympathique. Et en cette période de fin d'année, on a besoin de lectures réconfortantes, avec de l'amour et des bons sentiments. Cette romance ne se passe pas particulièrement à Noël, on ne parle pas non plus de Noël dedans, mais elle peut très bien se lire en cette période de fêtes pour ses moments cocooning justement.

Je quitte à regret Valeria et ses amies, et en même temps, je suis contente de là où j'en suis arrivée. En faire plus aurait été trop répétitif et lassant. L'auteure a su s'arrêter au bon moment, créer assez de suspense et de péripéties pour maintenir notre attention sans nous barber. Je ne sais pas si j'aurais à nouveau l'occasion de lire Elisabet Benavent, qui est une auteure espagnole. En tout cas, si l'occasion se présente, je ne manquerai pas de le faire.

Une mention spéciale pour la traduction réalisée par Catherine Delaruelle qui a su retranscrire le texte initialement écrit en espagnol dans un français courant avec ses expressions propres. Et une autre mention pour les couvertures des quatre tomes qui m'ont bien plu, m'ont fait sourire et mettent du peps dans ma bibliothèque.

 

Un grand merci à Elisabet Benavent pour tout ce qu'elle m'a fait vivre durant ces quatres tomes des aventures de Valeria et ses copines, je me suis sincèrement régalée et je vous les conseille vivement.

Un grand merci également à Mylène des éditions l'Archipel pour l'envoi de ces romans et pour sa gentillesse et disponibilité.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article