Le poids de la colère de Florence Clerfeuille

Publié le par Marie Nel

Le poids de la colère de Florence Clerfeuille

Publié chez FADM

 

 

Résumé :

 

Sait-on vraiment qui on est à dix-huit ans ?
Comme leurs mères avant elles, Isabelle, la rebelle, et Elena, l’enfant adoptée, sont amies depuis l’enfance. Étudiantes à Montpellier en 1986, elles apprennent l’autonomie. S’engagent pour les causes qui les font vibrer. Expriment leurs colères.
De leur côté, Jacqueline et Maryvonne sont toujours inséparables. Mais tellement différentes ! Jusque dans la façon d’accompagner leurs filles vers l’âge adulte.
Et puis il y a ce professeur qu’Isabelle remarque dès le premier cours… Comment va-t-il l’aider à se construire ?
Le Poids de la colère fait suite au Frisson de la liberté et précède Le Choc de la haine.

 

 

Mon Avis :

 

Le poids de la colère est la suite de Le Frisson de la liberté, mais ils peuvent être lus séparément l'un de l'autre, la compréhension est totale, l'auteur faisant des références dans le passé.

Pour ma part, c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de Florence Clerfeuille, et je me retrouve maintenant dans le même dilemme qu'à la fin du premier tome, j'ai hâte de connaître la suite !! Comme précédemment, l'auteure m'a prise par la main dès le début du roman, et je ne l'ai pas lâchée avant la fin, sa plume fluide et précise me fait penser à un voyage, j'avais envie qu'il ne s'arrête pas, qu'il se prolonge encore, lorsque j'ai vu le mot Fin arriver, j'ai pensé qu'elle ne pouvait pas nous laisser là maintenant !

Nous sommes dans les années 1980, plus précisément en 1986, on fait la connaissance de deux étudiantes Isabelle et Elena, qui nous font tout de suite penser à deux autre jeunes filles des années 1968, que l'on connait du premier tome...et pour cause ce sont leurs mères, Jacqueline est celle d'Isabelle, Maryvonne celle d'Elena. Comme leurs mères, elles étudient toutes deux à Montpellier, comme elles, elles sont des amies d'enfance inséparables. Une histoire jumelle de leurs mères. Mais il faut dire aussi que celles-ci n'ont jamais voulu se séparer et se perdre de vue, malgré leurs vies respectives, ce qui explique le lien fort qui unit également leurs filles.

On retrouve dans Isabelle le caractère rebelle de sa mère Jacqueline, son même amour pour la littérature, elle suit d'ailleurs les mêmes études que Jacqueline. Isabelle, tout comme Jacqueline, souffre d'un très gros problème de communication avec sa famille, beaucoup de non-dits la font se poser une tonne de questions. Elena n'a pas reçu la même éducation qu'elle, Maryvonne a toujours prôné la discussion avec sa fille, ne lui cachant rien. On sent bien que Elena est plus épanouie de ce fait. Exactement comme leurs mères, elles sont totalement différentes de caractère, de façon de se comporter, mais sont complémentaires l'une à l'autre !

Les flashbacks qui ponctuent les chapitres permettent au lecteur de comprendre ce qu'il s'est passé quelques années plus tôt, dans le passé de nos héroïnes du Frisson de la liberté, nous prenons connaissance de la suite, ce qu'il est advenu de Jacqueline et Maryvonne. Je suis restée baba avec certaines révélations, j'ai également été très émue, surtout lorsque Jacqueline raconte son passé à sa fille Isabelle. À partir de ce moment là, tout va s'éclairer pour elle, elle va être plus posée, plus calme dans ses choix. Je parle beaucoup d'Isabelle, je trouve que c'est le personnage le plus important de ce roman. Elle a un vécu pas banal, et il est intéressant de lire sa transformation.

Je pense que l'on s'attache beaucoup et facilement à toutes ces personnes, car elles pourraient être vous, moi, n'importe qui, je suis sûre que tout le monde a connu ou entendu quelqu'un avoir le même vécu. Ce que j'ai également énormément apprécié, c'est que l'auteur date très bien son récit, et le place dans les événements correspondants à l'époque. Dans Le frisson de la liberté, elle nous a retracé avec précision le mois de mai 1968, en plaçant ses personnages dedans, le problème des femmes pour la contraception, etc...Ici, c'est pareil. En 1986, il y a eu la loi Devaquet, une réforme sur les universités, qui a fait un tollé général chez les étudiants et lycéens, des manifestations énormes, on a d'ailleurs pensé qu'un nouveau mai 68 arrivait ! Et il y a eu la mort de Malik Oussekine, ce jeune tabassé par des policiers... Je me suis vraiment sentie très proche d'Isabelle et d'Elena, car j'ai connu ces moments, j'étais moi aussi dans les manifs, j'étais aussi à la marche blanche avec Touche pas à mon pote...L'auteur m'a fait remonter dans mes propres souvenirs !! J'ai l'impression que ces deux jeunes filles étaient mes copines de fac, de vivre en même temps qu'elles...drôle de sensation...et un attachement à elles encore plus fort !

Florence Clerfeuille a enfin parlé d'un sujet qu'elle a déjà évoqué précédemment, et je trouve également cela très fort et très utile, même à l'heure actuelle ! Il s'agit de la contraception, de l'IVG, que Maryvonne et Jacqueline ont connu illégal, des tout débuts du SIDA, les premiers tests, les plannings familiaux. Je trouve vraiment cela très important, tout en faisant évoluer les jeunes gens de leur rappeler l'importance de la protection lors d'un rapport, de la prise de la pilule, de prendre conscience qu'un rapport non protégé est un acte grave pour sa santé. Isabelle et Elena naviguent dans toute cette évolution, comme leurs mères dans les années 1970. Maryvonnne sera une active partisane de la légalisation de l'avortement. Un clin d'oeil important est fait à Simone Veil, l'auteur nous retrace son discours à l'assemblée devant un parterre d'hommes, les signataires des femmes. Avec la disparition de cette grande dame récemment, j'ai trouvé le message encore plus fort pour la femme !

J'ai beaucoup de mal à m'arrêter de parler, comme vous pouvez le voir ! Ce roman est vraiment une pépite et parle de tellement de choses primordiales et encore d'actualité qu'il devrait être au programme dans les collèges et lycées, ce serait un moyen ludique de faire prendre conscience aux jeunes de sujets encore tabous dans certaines familles !

Maintenant j'attends la suite, Le Choc de la haine, avec impatience ! La fin est passionnante et excitante, que va-t-il se passer dans la vie d'Isabelle et en même temps dans celle de Jacqueline ? Ce professeur qu'elle a rencontré, et dont je ne vous dirai rien, va-t-il prendre la place qui lui est due ? Maryvonnne et Elena vont-elles voir leur vie chambouler ? Vous voyez, il reste encore de quoi piquer ma curiosité !! L'auteure sait très bien la titiller, mais j'aime ça, c'est ce qui rend une saga époustouflante...vouloir connaître la suite...

J'espère vous avoir donné envie de lire à votre tour ce roman, et le précédent aussi, vous ne serez pas déçus, c'est vraiment une histoire très addictive, très belle, très émouvante, drôle...bref, c'est à lire absolument !!

De mon côté, je remercie très chaleureusement Florence Clerfeuille de m'avoir fait revivre de très bons souvenirs de jeunesses, de m'avoir permis de m'évader le temps de la lecture de ce deuxième opus, et ma grande question est...de quoi va-t-elle nous parler dans le troisième ?

Affaire à suivre....

Commenter cet article