Un kimono pour linceul de Jean-Michel Leboulanger

Publié le par Marie Nel

Publié aux Éditions du 38

 

 

RÉSUMÉ

 

« Un coup de poing n'aurait pas été plus violent ni brutal.
Les jambes molles, Gutxi s'adossa contre un mur, le souffle coupé. Ce n'était pas tant le portrait souriant de Tamae qui le troublait, que l'enfant de quelques mois assis sur ses genoux.
Gutxi venait de se découvrir un fils... »

Après vingt ans d'exil, Gutxi, un ancien terroriste basque, revient au pays des extrêmes, un Japon violent sous ses dehors polis. Condamné par les médecins, il souhaite finir ses jours dans ce lieu où il a laissé ses souvenirs et sa vie, de rares instants de bonheur pourtant liés à l’univers trouble des Yakuza. Il n’aspire plus qu’à la paix.
Mais certains ne l’ont pas oublié...

 

 

MON AVIS

 

J'ai fait la connaissance de Jean-Michel Leboulanger avec son dernier roman paru aux Éditions du 38, Salverney, que j'avais énormément apprécié. Un kimono pour linceul est à la hauteur de mes espérances et bien plus encore ! J'ai tout d'abord été fascinée par la magnifique couverture, et dès le commencement de la lecture, je suis partie dans un très beau et long voyage dans ce pays à la culture et aux rites ancestraux, mystérieux et fascinants qu'est le Japon.

Avant de parler de l'histoire en elle-même, il faut souligner la précision dans les descriptions des décors, des personnages, des rites, des costumes, des villes ou campagnes. L'auteur nous montre ce pays au détail près. Je ne me croyais pas au Japon en lisant, j'y étais tout simplement. Et franchement, j'ai trouvé cela complètement magique ! Moi qui suis fascinée par le Japon, j'ai appris beaucoup de choses. Le style descriptif de l'auteur pourrait dire à certains que cela donne des longueurs, mais je pense que cela permet au lecteur de s'immerger totalement dans l'histoire et vivre au plus près des personnages et de leur vie. Je ne suis pourtant pas une fan de ce genre, aimant que les actions s'enchaînent vite, mais là, cela ne m'a pas dérangée du tout, bien au contraire ! Toutes ces sensations sont renforcées par le parler et les mots mis en japonais dans le texte. Un lexique à la fin de l'ouvrage nous les explique et détaille. Une lecture vraiment très enrichissante !

Pour en revenir au roman, c'est un thriller très bien mené, un suspense très affuté, au détail près lui aussi. J'en sais plus sur les Yakusas, mais aussi la mafia japonaise et les trafics humains vraiment horribles ! Gutxi, le héros principal, revient donc au Japon après une longue absence, puisqu'il a été arrêté et exilé en Argentine pour ces actions terroristes de l'ETA. Il apprend qu'il est atteint d'une maladie orpheline et condamné. Il revient donc au pays où il a connu son seul et véritable amour, Tamaé, comme une sorte de pèlerinage. Mais celui-ci va très vite se transformer en une quête d'un fils qu'il ne savait pas avoir et qui a disparu. Ce fils fait partie des Yakusa et son grand-père charge Gutxi de le retrouver. Et là commence un périple dans les bas-fonds de Tokyo, les boîtes de nuit, les salles de jeux où la surface cache bien des trafics comme on peut se l'imaginer. Mais il ne s'agit pas seulement de drogue, et c'est là vraiment le plus horrible. Gutxi, malade, va faire la connaissance d'une femme médecin, Claudine. Celle-ci n'accepte pas l'échéance de la maladie de Gutxi et est persuadé qu'il y a un moyen de le soigner. Elle va tout faire de son côté pour cela, même si Gutxi est persuadé du contraire. De découvertes en trahisons en passant par le chantage et une pointe de surnaturel avec certaines coutumes Japonaises pratiqués par des personnages dont je ne soupçonnais pas l'existence, je me suis rendue compte que je n'arrivais pas à lâcher ma lecture, j'étais totalement prise dedans, et je voulais toujours en savoir plus. Au fur et à mesure, la recherche du fils se révèle être en même temps un démantèlement d'un vaste trafic incluant des gens importants !

Et comme dans l'autre roman de l'auteur, je me suis faite avoir par la fin, j'avais misé sur un autre coupable. Il y a tellement d'histoires en une seule qu'il y a plusieurs résolutions, pas question d'être dérangée à ce moment là de la lecture !

Je pourrais vous en parler encore longtemps tellement il y a de choses à dire, tellement ce roman est complexe et dense dans la qualité de sa narration. J'ai appris beaucoup que je ne soupçonnais pas. Je ne peux que vous recommander vivement sa lecture, rien que pour le dépaysement total qu'il suscite. Et c'est en plus un très bon thriller ! En quelque sorte, rien ne manque.

Je remercie vivement Jean-Michel Leboulanger pour ce très bon moment de lecture J'ai maintenant hâte qu'il écrive un nouveau roman. En tout cas, c'est un auteur que je vais suivre de très près.

Un kimono pour linceul de Jean-Michel Leboulanger

Commenter cet article