Un, deux, trois, nous irons aux bois de Gilles Milo-Vacéri

Publié le par Marie Nel

Publié aux Éditions du 38 le 22 avril 2017

 

 

RÉSUMÉ

 

Alors qu’ils sont en vacances en Corse, Matteo Costa, un policier de la Criminelle, et sa petite amie, Jordan MacDonald, échappent de justesse à un accident de voiture. Comme si cela ne suffisait pas, la jeune femme est convoquée à une réunion de famille qui se déroulera sur l’île de Righ Eilean, dans les Hébrides Extérieures, au large de l’Écosse.
Matteo accepte de suivre Jordan et fait la connaissance de sa grand-mère, Marie-Élisabeth MacDonald, ainsi que du reste de sa famille. Malheureusement, une tempête phénoménale les bloque sur l’île et les systèmes de communication sont tous sabotés. Le policier apprend qu’il y a longtemps, le grand-père de Jordan aurait été assassiné et que son meurtrier serait aujourd’hui parmi eux. Costa suppose que Marie-Élisabeth n’a plus toute sa tête, mais quand un premier meurtre est commis, il doit se rendre à l’évidence et le séjour tourne au cauchemar.
Coincé sur une île avec un criminel diabolique en liberté, sans arme et sans moyen scientifique, Matteo n’a que son flair et son intelligence pour mener l’enquête et tenter de débusquer le coupable.
Dans ce huis clos angoissant, Matteo Costa parviendra-t-il à arrêter l’assassin avant qu’il ne commette un autre meurtre ? Une seule vérité demeure : il faut toujours se méfier des apparences et dans cette citadelle écossaise, perdue dans une tempête effroyable, elles pourraient être mortellement trompeuses…

 

 

MON AVIS

 

Je savais à l'avance que j'allais me régaler avec ce roman. Gilles Milo-Vacéri sait contenter largement le lecteur quand il s'agit de policier, et le résumé de ce roman est particulièrement alléchant. Il m'a tout de suite fait penser à une histoire qu'aurait pu écrire Agatha Christie, la grande reine du suspense ! Un huis-clos, des personnes bloquées sur une île à cause d'une tempête et obligées de rester entre elles alors qu'elles savent qu'il y a un meurtrier parmi elles, un policier invité qui mène l'enquête, tout cela a à peu près la même configuration que cette grande auteur. J'ai bien dit « à peu près » car la ressemblance s'arrête là, il y a ensuite la patte de Gilles Milo-Vacéri et son style bien à lui de torturer l'esprit du lecteur avec un suspense infernal, des rebondissements et des révélations que l'on ne voit pas venir, et ce jusque dans le prologue !

L'histoire est parfaitement construite, allant crescendo. On débute avec la présentation du couple d'amoureux, personnages centraux de ce roman, Jordan et son petit ami Matteo, policier. Ils sont tranquillement en vacances en Corse, lorsqu'ils reçoivent un message les convoquant tous les deux à une réunion de famille du côté de Jordan, sur une île d'Écosse. Tout commence déjà en Corse où ils échappent de justesse à un accident de voiture, suspicieux pour Matteo. La petite touche d'humour est apportée par les troubles de Matteo pendant les différentes traversées, il a le mal de l'air et le mal de mer ! Sachant qu'ils vont devoir affronter un début de tempête en arrivant en Écosse, je vous laisse imaginer les quelques scènes cocasses où notre pauvre policier va devoir affronter Mère Nature. Jordan, de son côté, est ravie de retrouver sa grand-mère, Marie-Élisabeth. Celle-ci aime énormément sa petite fille et va le lui montrer en lui faisant une confiance totale. Matteo va tout de suite apprécier cette femme très vive de caractère et futée sachant mener sa famille d'une main de fer dans un gant de velours. Il va ainsi rencontrer le reste de la famille, les oncles et tantes et les cousines de Jordan. Cette dernière est une jeune femme qui sort du lot du clan Mac Donald, elle n'est déjà pas dans les affaires familiales comme les autres, elle ne se laisse pas faire, et est honnête.

Cette famille est frappée par une sorte de malédiction, comme aime à le penser Marie-Élisabeth. Son mari est décédé il y a plus de 20 ans, les parents de Jordan aussi, un cousin, et tous dans des circonstances tragiques. Ainsi lorsqu'un premier meurtre survient, tous pensent à cette malédiction justement. Mais c'est sans connaître Matteo, très terre à terre, et ne se laissant pas du tout influencer par quelques idées farfelues. Malgré la tempête et le sabotage des systèmes de communication qui isolent l'île du monde extérieur, il va mener son enquête à sa manière, avec les moyens du bord.

Matteo est un homme vraiment ingénieux, sachant affronter les dangers, mettre en sécurité les membres de la famille, prenant des notes, fouillant, faisant des découvertes qu'il va taire jusqu'à une des résolutions finales. Oui « une », et c'est là que l'esprit tortueux de l'auteur m'a une fois de plus épatée, tout ne se termine pas lorsque notre cher policier aura trouvé le coupable. Comme je le disais plus haut, on monte crescendo dans le suspense, et à partir du moment où Matteo va comprendre qui est le meurtrier, tout va aller de plus en plus haut, de plus en plus fort et de plus en plus vite ! C'est impossible de lâcher la lecture à ce moment là, enfin moi j'ai eu beaucoup de mal !

J'ai eu un petit doute sur le premier meurtre, mais pour ce qui est du reste des événements, je n'ai rien vu venir et suis allée de surprise en surprise. Évidemment, à tout remuer pour mener son enquête, Matteo déterre des secrets et des non-dits qui mettent à mal la famille. Ce qui scotche encore plus le lecteur ! Pas un moment de répit, pas un moment d'ennui, c'est une lecture riche et remplie, avec des personnages tous aussi forts les uns que les autres. Ils ont tous une très grande importance et ont tous un rôle dans l'énigme. Je les ai trouvés tous très intéressants, que ce soient les oncles, tantes ou les cousines, sans oublier le fidèle majordome.

Je crois que je pourrais vous parler encore longtemps de ce roman, tellement il est prenant, bien construit, riche en surprises, et bourré de suspense ! Gilles Milo-Vacéri m'avait déjà convaincue dans ce genre avec d'autres romans, mais là, il signe vraiment une histoire hors du commun bien menée et aboutie. Même après la fin de la lecture, je suis restée imprégnée et époustouflée et j'ai eu du mal à me plonger dans un autre roman, essayant d'oublier Matteo, Jordan et surtout les manigances terribles dont a fait preuve le meurtrier.

De nouveau, comme toutes mes lectures de cet auteur, je ne peux que vous le recommander, ne prévoyez rien à faire, une fois commencé, vous êtes embarqué en Écosse et ne pourrez plus en partir ! Ce fut mon cas en tout cas ! Chaque roman de Gilles Milo-Vacéri est une aventure particulière, à chaque fois que j'en lis un nouveau, je le préfère au précédent. Avec celui-ci il a mis la barre haute, j'ai hâte de savoir ce qu'il nous aura concocté dans le prochain !

Un grand merci à Gilles Milo-Vacéri et à Anita Berchenko des Éditions du 38 pour leur confiance renouvelée avec ce service presse.

 

Un, deux, trois, nous irons aux bois de Gilles Milo-Vacéri

Commenter cet article