Zut ! mon papa est pompier de Linda Conchaudron et Sandra Garcia

Publié le par Marie Nel

Paraît chez Nats Éditions le 30 aout 2016

RÉSUMÉ

Killian en a assez ! Son papa n'est jamais à la maison pour jouer avec lui ou goûter ses gâteaux...

Sa maman lui a dit que c'est parce qu'il est pompier, mais Killian ne sait pas trop ce que ça veut dire.

Qu'importe ! Il est bien décidé à ce que cela change !

MON AVIS

C'est une nouvelle fois un joli livre jeunesse écrit par Linda Conchaudron.

Elle nous conte l'histoire de Killian, il ne voit pas beaucoup son papa, n'est pas toujours là pour jouer avec lui ou tout simplement passer du temps ensemble. Il se met à détester le métier de son papa, qui est pompier, et fait un vœu une nuit pour qu'il ne le soit plus. L'étoile filante à qui il veut faire ce vœu, va l'emmener avec elle et lui montrer ce qu'est un pompier, en quoi le métier consiste. Il voit son papa sauver des gens, éteindre des feux..il se rend compte de l'importance de son papa qui est pour lui un héros.

Un enfant ne comprend pas toujours les métiers de ses parents, je trouve important de leur expliquer de manière simple ce qu'ils font de leur journée, et pourquoi ils ne sont pas aussi disponibles qu'ils le souhaiteraient. Nous devrions tous le faire envers nos enfants afin de les rassurer. Si nous manquons de temps, il y a heureusement la lecture d'une histoire comme celle-ci où le petit garçon comprend pourquoi son papa n'est pas là.

Il est très agréable à lire, les mots sont adaptés pour l'âge des enfants. Les illustrations faites par Sandra Garcia sont très belles, colorées, simples, on dirait des dessins faits au crayon de couleur. J'aime beaucoup quand la scène est représentée en double page, cela donne une vision d'ensemble pour l'enfant expliquant le texte.

Zut ! Mon papa est pompier est un livre beau, ludique et intéressant pour tous.

Merci à Linda Conchaudron et à Sandra Garcia pour cette belle réalisation et merci à Nats Éditions pour ce service presse apprécié.

Zut ! mon papa est pompier de Linda Conchaudron et Sandra Garcia

Commenter cet article