Du vent dans les toiles d'araignée de Xavier Zakoian

Publié le par Marie Nel

Publié aux Éditions Hélène Jacob le 17 juillet 2016

RÉSUMÉ

Ce roman à clefs est librement inspiré des vies de Marilyn Monroe et d'un proche de Jean Moulin. La résistance sous toutes ses formes, donc.
C'est l'histoire de leurs chemins mêlés à la faveur de quelques mots écrits à la va-vite dans un musée, déclencheurs d'une réminiscence des temps troublés de la Seconde Guerre mondiale. Un peu comme si la poésie, la passion et la guerre étaient un même appel au secours sans cesse renouvelé.

De New York à Paris, la recherche de Zelda et le secret de Bart se répondent en écho à travers les âges, les rendez-vous ratés et certaines scènes mythiques de l'icône sexuelle du XXe siècle.
Au fond, leur recherche d'absolu ? devenir un « monstre lumineux » pour l'une, l'actrice du siècle, se contenter d'une vie hors du réel pour l'autre, masquant les blessures du passé ? est peut-être leur ultime ressort existentiel qui se nourrit de leurs secrets intimes et trouve sa fulgurance dans la grande Histoire qui s'écrit.

MON AVIS

Intriguée par la couverture où l'on voit une Marilyn Monroe souriante, pleine de vie et surtout très simple par rapport à toutes les photos d'elle plus sophistiquées, j'ai voulu découvrir ce roman. Le résumé m'a confortée dans le sens où ce n'était pas une énième histoire déjà lue et relue sur la vie de cette actrice. J'en ai lu des romans sur elle, et celui-ci donne vraiment une autre approche psychologique de la jeune femme.

Le titre aussi m'a beaucoup surprise, je me suis demandée pourquoi il pouvait bien s'appeler ainsi. J'ai trouvé l'explication à la moitié du roman. C'est une phrase sortie d'un poème écrit par Marilyn, il existe vraiment. Et dans le cas du roman, elle dit qu'elle et Bart sont aussi forts que du vent dans les toiles d'araignée..l'image est forte, mais tellement réaliste de leur situation. L'auteur a inventé une histoire tout en conservant les aspects de la réalité. On ne le comprend pas tout de suite, quoique l'on est une petite idée de la jeune femme blonde au foulard qu'a rencontrée Bart dans un musée. Elle se fait appeler Zelda, pas Norma Jean, ni Marilyn, mais Zelda. Elle considère que c'est sa vraie personnalité, Norma Jean a existé avant, avec sa mère, et Marilyn est pour elle le « monstre » devant sourire, jouer des rôles niais, sachant hausser un sourcil, être attirante. Ce jour là dans le musée, elle écrit un appel au secours, sur lequel Bart va poser ses yeux et s'intriguer. Bart, quant à lui, travaille dans l'art, mais a un passé très proche et bouleversé d'ancien résistant. Pris par la Gestapo, torturé, il essaie d'oublier son amour perdu en rencontrant Zelda.

La rencontre de ces deux personnages est vraiment intéressante. Bart ne reconnaîtra Marilyn dans la femme qu'il cotoie que plus tard, lorsqu'il surprendra le tournage d'une de ses scènes mythiques de l'actrice. Deux êtres au passé si perturbé. Avec Bart, on revit les affres de la guerre, de la déportation, de la résistance, de la bravoure, des éprouvants interrogatoires de la Gestapo. Avec Zelda, on découvre une autre facette de Norma Jean Baker, le passé de sa mère Gladys, qui a vécu des drames personnels pouvant faire comprendre sa déchéance psychiatrique. À tout moment, on se dit que Zelda va être plus forte que Marilyn, elle y arrive parfois, pour retomber par la suite. On pense que Bart pourrait la sauver de ce « monstre » qui la rend si mal. Mais va-t-il y parvenir ? La vie réserve tellement de surprises !

J'ai particulièrement apprécié cette lecture. J'ai appris de nouvelles choses sur cette femme hors du commun, et pourtant j'en ai lu beaucoup ! C'est un roman très intimiste et très bien construit. La rencontre de Bart et Zelda se fait en 1954, mais on repart de temps en temps pendant la seconde guerre, et précisément en 1942, et aussi plus tôt, en 1924, pour suivre la vie de Gladys. Xavier Zakoian est passionné par son sujet, ça se sent dans l'écriture, très poétique, très touchante. Il nous montre vraiment une autre facette de l'actrice, et on comprend mieux la suite et fin tragique de sa vie quand on connaît son enfance, sa jeunesse très matriarcale, dont elle sera toujours à la recherche de ce père inconnu.

Je vous invite vraiment à découvrir Du vent dans les toiles d'araignée, j'en suis ressortie toute chamboulée et j'aime encore plus Norma Jean depuis !

Un grand merci aux Éditions Hélène Jacob de m'avoir permis de découvrir l'auteur déjà, très talentueux, et ce roman, très addictif.

Du vent dans les toiles d'araignée de Xavier Zakoian

Commenter cet article