Le journal de Mary de Alexandra Echkenazi

Publié le par Marie Nel

Paru aux Éditions Belfond

RÉSUMÉ

Fin des années 1950, États-Unis. Mary Meyer vit à Langley avec son mari haut gradé de la CIA et leurs trois enfants. Artiste peintre, féministe, pacifiste – elle est fichée par le FBI comme une activiste de gauche–, Mary est à l'affût de nouvelles expériences.
Quand l'un de ses enfants meurt accidentellement, tout s'effondre. Mary décide de s'installer seule avec ses deux garçons dans le quartier de Georgetown, à Washington, où résident toute la classe politique et la haute société. C'est alors qu'elle recroise un certain Jack, rencontré vingt ans plus tôt à l'université, et que naît une passion qui va durer plusieurs années. Mary accepte de rester l'amour secret de cet homme qui ne peut l'officialiser en raison de ses fonctions. Elle est pourtant celle qui agit dans l'ombre, à ses côtés.
Celui qu'elle aime meurt à Dallas le 22 novembre 1963.
Mary est assassinée un an plus tard au bord du fleuve Potomac.
Le journal qu'elle tenait n'a jamais été retrouvé. Le journal du véritable amour de JFK...

Plongée fascinante dans l'Amérique des années 1960, Le Journal de Mary nous révèle le destin complexe de celle qui joua un rôle déterminant dans l'une des plus grandes énigmes du XXe siècle.

MON AVIS

Lorsque j'ai terminé ce roman, mon premier réflexe a été de dire « Waouh! quelle histoire ! ». Elle a marqué mon esprit et je ne vais pas l'oublier de sitôt ! Formidablement bien écrite par Alexandra Echkenasi, philosophe de formation et journaliste au Parisien, et basée sur des faits réels, Le Journal de Mary est vraiment un superbe roman. L'auteur nous explique bien que l'histoire est fictive, mais que les personnages ont réellement existé. Et c'est là toute la surprise. Je connaissais les frasques de l'ancien président, ses maîtresses, dont la célèbre Marilyn Monroe, mais Mary Meyer... alors là, quelle stupéfaction !

Mary Meyer a connu John Kennedy, appelé Jack ici, pendant leur jeunesse. Elle a 16 ans, il en a 19, et il est déjà amoureux d'elle. Ils se retrouvent 20 ans après. Jack est marié et engagé dans la vie politique en tant que sénateur. Mary est en pleine séparation avec son mari Cord et s'installe dans le même quartier que Jack. Elle a vécu des épreuves terribles, la mort de son petit garçon a précipité le divorce. Cord est en plus entièrement absorbé par son travail à la CIA et la délaisse totalement. Mary et Jack vont renouer les liens et elle deviendra alors son amour secret. Elle va vivre et traverser toutes les joies et les soucis de Jack : son élection à la présidence, ses problèmes avec Cuba, les Russes, les services secrets qui empiètent énormément sur la vie du président jusqu'à ce fameux jour de novembre 1963, où il sera assassiné...

On voit un autre John Kennedy, rongé par la maladie et la souffrance, fou amoureux de Mary. Il tient d'ailleurs avec elle une longue correspondance retranscrite dans ce roman, à la fois drôle et émouvante. Jackie est montrée sous un autre jour. Certainement amoureuse de son mari au début, elle sait que son mari a des maîtresses, mais elle ne veut pas divorcer. Elle tient à son rôle de « First Lady » et le fait bien comprendre à Mary. Ce n'est pas cette personne policée, souriante, que l'on a pu voir. Mais beaucoup de personnalités ont des façades, ce n'est pas nouveau ! Mary, quant à elle, est très touchante. On s'attache tout de suite à elle, surtout après avoir lu le prologue qui nous raconte la scène de fin… On sait donc à l'avance à quoi s'attendre ! C'est une battante. On est au début des années 1960 et elle ne veut pas rentrer dans le moule de la femme au foyer attendant son mari. Elle revendique sa liberté de vivre, d'aimer qui elle veut, de sortir quand elle veut, et de pouvoir être une bonne mère. Elle est rayonnante quand elle est heureuse, elle ne masque rien, et c'est cela aussi qu'aime Jack : elle est pour lui sa bouffée d'air pur quand il peut la voir.

On se rend aussi compte combien les organisations secrètes telles que la CIA ou le FBI peuvent perturber la vie politique, pas seulement la vie privée. D'où l'idée du complot qui ressort lorsque le président est assassiné. Mary va essayer de lutter contre eux, mais la bataille est rude et trop dure.

La fin est terrible, encore plus terrible quand on sait que c'est la réalité. C'est un roman vraiment très troublant, il nous remet en mémoire tous les faits : un président qui voulait changer les relations avec la Russie et Cuba, qui dérangeait d'autres politiciens américains par ses idées, et ces mêmes politiciens qui complotaient contre lui avec les services secrets. Tout cela doit être classé confidentiel et personne ne le saura jamais ou quand cette génération ne sera plus là ! En tout cas, c'est un très bon roman, une très belle histoire d'amour passionnelle et compliquée, c'est très bien écrit et il se lit malheureusement trop vite ! Alexandra Echkenazi est une auteur à suivre. Je recommande vraiment cette lecture.

Je tiens à remercier les Éditions Belfond pour l'envoi papier de ce service-presse réalisé pour Les Rebelles-Webzine.

Le journal de Mary de Alexandra Echkenazi

Commenter cet article